• 7 erreurs de débutant à éviter quand vous isolez

    Vous avez une maison ancienne et vous souhaitez l’isoler pour la rendre plus confortable et diminuer votre consommation d’énergie ?

    Rien de plus simple, vous vous dites. Il suffit d’aller acheter de l’isolant et de le poser en toiture, sur les murs ou bien au sol.

    Téléchargez votre guide gratuit

    Les 6 erreurs à éviter si vous ne voulez pas transformer vos travaux en catastrophe financière ou en grosse dépression

    Le premier critère que vous allez probablement regarder, c’est le prix. Or, le problème, ce n’est pas le prix car lorsqu’on pose un isolant, c’est bien la dernière des choses à laquelle il faut penser.

    Imaginez l’investissement que vous allez faire. 2.000, 5.000, 10.000 euros ? Et si vous vous trompiez dans votre investissement, tout cela parce que vous avez choisi le premier isolant qui passait par là, seulement pour son prix.

    Quelles seraient les conséquences d’une isolation ratée ?

    La plupart des gens ont tendance à penser que c’est “simple” d’isoler sa maison.

    On mesure la surface à isoler et on va au brico du coin chercher de l’isolant.

    Bien souvent, vous n’aurez pas beaucoup de choix. On vous proposera un isolant traditionnel, qui est généralement bon marché à l’achat.

    Ben oui, le principe d’un marchand de matériaux, ce n’est pas de vous conseiller le meilleur isolant, c’est de vous vendre de l’isolant.

    Même si certains vendeurs auront quelques notions qui leur permettront de vous donner de bons tuyaux, le rôle d’un vendeur, c’est de vous vendre ce qu’il a en stock.

    Alors avant d’isoler sa maison, voici les 7 erreurs impardonnables les plus courantes quand on isole son habitation :

    1) Choisir le mauvais isolant pour isoler sa maison

    Il existe des centaines d’isolants de types et de marques différentes. Il y a bien sûr les isolants “traditionnels”, qui sont un peu passe-partout, comme la laine de roche, la laine de verre, le polyuréthane, le XPS et le EPS

    Et qu’on utilise un peu pour tout : murs, sols, toitures. Mais il est rare qu’un isolant soit performant pour toutes les situations.

    Chaque isolant a ses spécificités. Certains sont plus performants par centimètre d’épaisseur, d’autres sont plus respirants. Il y en a qui possède la propriété de ralentir le passage de la chaleur en été. Tandis que certains peuvent résister à l’eau ou d’autres ne se dilatent pas sous l’effet de la chaleur.

    Le choix d’un isolant doit donc se faire en fonction de son utilisation. Et mettre de la laine de verre ou un isolant de type XPS (polystyrère extrudé) pour toutes les situations, c’est faire une erreur grossière qui pourrait vous coûter cher au final.

    L’exemple d’une isolation avec un crépi sur un isolant est très parlant.

    Quel isolant choisir pour isoler votre façade avec un crépi ?

    choix d'un isolant eps pour crépis sur isolant en façade

    Probablement un isolant rigide car il faudra faire tenir votre crépi dessus. Mais dans les isolants rigides, vous avez le XPS, EPS (polystyrène expansé) et PUR (polyuréthane). Et bien un seul de ces isolants est possible. Il s’agit du EPS qui est plus connu sous le nom de frigolite.

    La raison est toute simple, c’est un isolant qui ne réagit pas à la chaleur. Les autres vont se dilater sous l’effet de la chaleur et des fissures vont donc apparaître dans votre crépi dans le meilleur des cas. Dans le pire des cas, le crépi va se détacher.

    Il existe aussi plusieurs types de EPS. Les performances d’isolations ne sont donc pas les mêmes alors que le coût est quasi identique. Pour un même prix, vous pouvez êtes jusqu’à 12% plus performant en choisissant le bon isolant EPS.

    2) Placer l’isolation au mauvais endroit

    Cette erreur est très répandue car généralement, les gens ne réfléchissent pas comment une isolation peut être optimisée. Il ne s’agit pas uniquement de choisir un isolant performant mais bien de le placer au bon endroit pour parfois diminuer jusqu’à 40% son volume à chauffer.

    Et si le volume à chauffer est plus petit, vous allez forcément diminuer votre consommation en chauffage. Je vois quasiment 2 fois sur 5 cette erreur. Et quand je l’explique aux propriétaires, ils me disent tous : Ah oui, on n’avait pas pensé à cela.

    Pourtant, poser votre isolation au bon endroit, pour diminuer au maximum votre volume à chauffer, peut engendrer de belle économie d’énergie.

    3) Se tromper dans l’épaisseur de l’isolation

    Quand on sait que le prix d’un isolant sera souvent rentabilisé en un an ou deux, je vois encore beaucoup de gens qui hésitent à mettre quelques centimètres de plus.

    Par exemple, si vous avez la place pour mettre 25 cm en toiture, pourquoi acheter un isolant de 10 ou 15 cm ? Le surcoût pour acheter un isolant de 25 cm est ridicule par rapport au gain qu’il vous fera économiser sur les 20 prochaines années.

    De manière général, vous devez savoir que pour un mètre carré sur un centimètre d’épaisseur, un isolant coûte entre 0.5 € à 1.5 €/cm d’épaisseur. C’est à dire que 20 cm d’isolation, en fourniture uniquement, vous coûtera entre 10 € et 30 € par mètre carré. Une toiture de 100 m² vous reviendra entre 1.000 et 3.000 euros mais pourra vous faire économiser jusqu’à 50 % sur votre facture de chauffage chaque année.

    Faites le compte ! Dans les 3 à 5 ans, tout au plus, votre investissement sera remboursé et ce sera tout bénéfice pour les années suivantes.

    4) L’isolation est mal posée

    Ici, je parle de la pose de l’isolation de manière technique. C’est-à-dire que la pose de l’isolant est faite avec des erreurs qui peuvent engendrer des problèmes de ponts thermiques, de moisissures, de dégradations des enduits en plâtre, des tâches d’humidité.

    Il y a l’erreur involontaire qui peut arriver à n’importe quel bricoleur qui ne connaît pas bien le principe d’une isolation performante mais aussi à ceux qui veulent isoler en pensant bien faire.

    Cela a pour conséquence aussi d’avoir des fuites de chaleur, ce qui entraine des performances moins bonnes.

    Voici un cas concret d’une mauvaise pose d’un isolant :

    maison-ancienne-facade-isolee-partiellement

    La façade de cette maison possède différentes épaisseurs dans ses murs. Et le propriétaire s’est dit que pour tout remettre à la même épaisseur (dans le but de mettre un crépi), il allait poser de l’isolant (en gris sur la photo) pour compenser le manque d’épaisseur à certains endroits du murs. Cela part d’un bon sentiment puisqu’il vaut mieux isoler un peu que pas du tout.

    Du côté c’est vrai mais cela risque de créer des zones froides et des zones chaudes sur les murs.  Il y aura donc des parties de murs qui seront sujettes à de la condensation en périodes froides. Ce sont bien sûr les parties non isolées. Et cette condensation proviendra de l’humidité ambiante de la pièce qui va aller se condenser sur le mur froid. Un peu comme un simple vitrage en hiver.

    L’enduit intérieur qui sera mis sur le mur sera alors mouillé et au fil du temps, il risque de se décoller, d’avoir des tâches noires et peut-être même des moisissures.

    La bonne solution aurait été d’en mettre partout, même si les épaisseur n’auraient pas été identiques sur toute la façade.

    Ce phénomène de condensation sera renforcé par la pose de nouveaux châssis. Cela rend plus étanche la maison et donc l’humidité a plus difficile à s’évacuer.

    C’est ce qui m’amène à vous parler de la cinquième erreur.

    5) Oublier de placer un pare-vapeur

    Nous venons de voir que l’humidité ambiante se condense au contact d’une paroi froide. Et bien ce phénomène de condensation apparaît aussi dans  ou derrière un isolant.

    Dès que la vapeur d’eau, contenue dans notre air ambiant chauffé, arrive dans une zone froide, il y a ce phénomène de condensation.

    Il est donc important d’empêcher au maximum que cette vapeur d’eau traverse un isolant pour se retrouver de l’autre côté, en zone froide. Sinon il y a un risque de condensation.

    La condensation provoque alors de l’humidité importante qui peut avoir les conséquences suivantes :

    • dégradation de l’isolant et donc de ses propriétés isolantes au fil des années
    • de l’eau peut couler et retomber dans les pièces habitées
    • les parois deviennent humides et se dégradent au fil du temps
    • les bois des toitures peuvent pourrir
    • apparition de champignons sur des murs ou sur des charpentes recouvertes d’isolants

    Pour éviter que cette vapeur d’eau contenue dans notre air ambiant traverse un isolant, il faut placer un pare-vapeur. Ce pare-vapeur bloquera le passage de la vapeur d’eau et évitera cette condensation derrière l’isolation, en zone froide.

    6) Ne pas ventiler votre maison par un des 4 systèmes de ventilation

    Le fait d’isoler va changer le fonctionnement de votre maison. Il est donc nécessaire, à un certain stade d’isolation, de ventiler vos pièces. Sinon vous allez garder l’humidité ambiante, les émanations toxiques des produits que vous avez dans votre maison.

    Certains matériaux, les peintures, les colles des meubles dégagent des substances nocives qui doivent être évacués par une bonne ventilation. Sans oublier la cigarette si quelqu’un fume dans la maison.

    Mais dès qu’on isole sa maison, on la rend de plus en plus étanche. Cela diminue donc les pertes en chaleur mais aussi l’évacuation des substances toxiques.

    Il est donc important de ventiler pour garder un air sain.

    Mais pas n’importe comment ! Il faut maitriser cette ventilation. C’est pourquoi vous avez le choix entre les 4 systèmes de ventilation habituellement proposés.

    7) Faire confiance aux entreprises aveuglement

    Je ne veux pas jouer au rabat-joie mais penser que tout professionnel de la construction ou de l’isolation peut vous donner de bons conseils, c’est comme croire au père noël.

    Il y a de très bons artisans qui sauront vous conseiller habilement et d’autres qui ne seront là que pour vendre leurs produits.

    Mais le vrai problème, c’est qu’isoler une maison, cela ne se fait pas avec une seule entreprise en général.

    Vous avez des entreprises spécialisées pour la toiture, d’autres pour les murs, d’autres encore qui ne font que le sol.

    Pensez-vous vraiment que celles qui va faire votre toiture, va vous conseiller pour le reste ?

    Et bien, souvent, ce n’est pas le cas. Ou alors ce n’est pas forcément les meilleurs conseils.

    Ce dont vous avez besoin, c’est de savoir comment isoler correctement votre maison :

    • quelles techniques utiliser
    • quels isolants choisir
    • où placer l’isolant
    • déterminer la bonne épaisseur
    • quel système de ventilation choisir
    • comment éviter les ponts thermiques

    Vous avez le choix de faire appel à un spécialiste des économies d’énergies comme un auditeur énergétique. Il pourra vous faire un bilan énergétique de votre habitation et vous conseiller sur les méthodes à utiliser pour que votre investissement soit le plus rentable possible.

    C’est personnellement ce que je fais depuis 5 ans avec mes clients qui souhaitent un audit énergétique.

    L’autre solution, c’est de vous former pour comprendre comment fonctionne une isolation performante. D’apprendre les bases d’une isolation réussie pour que vous puissiez vous-même déterminer comment isoler votre maison. Vous pourrez ainsi discuter avec un professionnel du métier et voir si ce qu’il vous dit est une bonne solution pour chez vous ou s’il veut juste vous vendre une prestation qui n’est pas la meilleure pour vous.

    Je viens de terminer une formation sur l’isolation :

    Comment diviser par 2 votre facture de chauffage et transformer votre maison en une habitation économe et confortable ?

    L’isolation de votre maison, ce n’est pas de l’improvisation. Ce n’est pas juste poser un peu d’isolant en toiture ou sur vos murs. Vous allez peut-être investir plusieurs milliers d’euros dans vos travaux d’isolation, vous devez donc :

    Apprendre et comprendre comment isoler sa maison pour éviter les erreurs de débutant et ne pas se faire berner par les conseils de faux spécialistes.