Comment isoler les combles perdus ?
  • Comment isoler vos combles perdus ?

    Comment isoler les combles perdus : plusieurs paramètres à considérer

    Un tiers de la chaleur dans votre maison s’évapore par le toit. Vous devez savoir comment isoler les combles perdus pour éviter cette déperdition.

    Vous pourrez ainsi faire des économies en matière de consommation d’énergie tout en améliorant sensiblement le confort de votre habitation.

    Téléchargez votre guide gratuit

    Les 6 erreurs à éviter si vous ne voulez pas transformer vos travaux en catastrophe financière ou en grosse dépression

    photo d'une isolation de combles perdus

    Comment isoler des combles perdus

    Voici des informations importantes pour savoir comment isoler combles perdus.

    Définition des combles perdus

    Avant de voir comment isoler les combles perdus, je vais d’abord vous expliquer de quoi il s’agit.

    Les combles se trouvent sous le toit d’un bâtiment. On dit qu’ils sont perdus quand :

    • Ils sont inhabitables ;
    • La hauteur du plafond ne dépasse pas 1m80 ;
    • L’inclinaison de la toiture est faible, inférieure à 30° ;
    • La charpente est encombrante.

    A noter qu’il peut s’agir d’un comble habitable, mais dont l’aménagement est prévu pour plus tard.

    Le choix de l’isolant pour savoir comment isoler les combles perdus.

    Pour savoir comment isoler les combles perdus, plusieurs critères sont à prendre en compte.

    Cette zone de votre maison étant généralement inhabitée, l’aspect esthétique n’a pas une grande importance : songez surtout aux performances de l’isolant.

    Intéressez-vous ainsi aux coefficients thermiques de tel ou tel isolant.

    Assurez-vous que son efficacité est optimale aussi bien en été qu’en hiver.

    En outre, vous devez vous assurer que l’isolant choisi est compatible avec la charpente de votre habitation.

    Les matériaux conseillés pour isoler les combles perdus

    Vous pouvez pencher pour la laine de verre, la laine de roche ou encore le polystyrène expansé.

    Ces matériaux s’avèrent particulièrement efficaces. Vous pouvez en acheter en vrac ou sous forme de rouleaux ou de panneaux.

    Si vous recherchez plutôt des matériaux écologiques, la ouate de cellulose vous satisfera.

    De même que la laine de mouton ou de chanvre qui sont entièrement naturels mais plus chers que les autres matériaux.

    A souligner que pour les combles perdus difficiles d’accès, la laine à souffler est la mieux adaptée.

    Si l’accès est possible et si un aménagement ultérieur est prévu, il vaut mieux pencher pour la laine à dérouler.

    Comment isoler les combles perdus : l’installation

    Après avoir décidé de l’isolant à utiliser, vient le moment de la mise en place. Vous devez alors savoir comment isoler les combles perdus dans les règles.

    Si vous n’êtes pas bricoleur et si vous avez des doutes quant à la façon de procéder, fiez-vous au savoir-faire et à l’expérience d’un spécialiste.

    Si vous avez choisi de prendre en charge l’installation de l’isolant, sachez qu’un espace est nécessaire entre l’isolant et la charpente.

    Cet écart permet d’éviter que l’isolant ne se condense, ce qui réduirait sensiblement l’efficacité de l’isolation.

    A noter aussi que la manière d’isoler les combles perdus diffère suivant la nature de la charpente.

    Pour les structures traditionnelles, la double couche est la mieux adaptée. Pour celles agrémentées de fermes industrialisées, une simple ou une douche couche convient aussi bien.

    Maintenant que vous savez comment isoler les combles perdus, vous pouvez vous lancer !

    Crédit photo : © Cyril Comtat – Fotolia.com

10 commentaireso far.

  1. Marine dit :

    Bonjour je voudrais savoir si chaque isolant avait des particularités ou alors je peut choisir n’importe quel isolant. Car entre la laine de verre, la laine de roche et le polystyrène expansé, je ne sais pas vraiment lequel choisir.

    • Geoffroy dit :

      Bonjour Marine,

      En fait chaque isolant a ses propres particularités isolantes. Donc pour une même épaisseur, plusieurs isolants auront des performances différentes. Le choix d’un isolant doit être fait en fonction de certains critères :
      – l’épaisseur disponible
      – l’endroit où il est posé
      – la paroi sur laquelle il est posé
      – le besoin ou non d’avoir un déphasage thermique (utile pour isoler des chambres mansardées)
      – l’accessibilité ou la facilité de pose.
      – le prix
      – votre sensibilité à l’utilisation d’isolant naturel

      Pour connaître la valeur isolante d’un isolant, vous devez regarder le lambda de l’isolant( λ ). Plus celui-ci est petit, plus le matériau a un pouvoir isolant. Et donc mieux c’est !

      Quelques ordres de grandeurs :
      laine minérale : λ = 0.040
      polyuréthane : λ = 0.028

      Geoffroy

  2. Magali dit :

    Bonjour,

    J’ai entendu dire que l’isolation via oute de cellulose peut poser des problèmes de tassements dans le futur. J’ai également lu que ce type d’isolant pouvait faire apparaitre des mauvaises odeurs ( présence ou pas de sel de bore )…
    Qu’en pensez-vous?

    Entre l’isolation à la ouate de cellule ( plaque ) et la laine de bois quelle serait votre préférence pour une isolation de combles aménagés?

    Merci d’avance

    • Geoffroy dit :

      Bonjour Magali,

      Concernant la ouate de cellulose, comme tout isolant non rigide, il peut effectivement se tasser. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est injecté avec une certaine pression dans des caissons.
      Cette pression est déterminée par l’entreprise qui effectue la pose afin d’éviter justement ce tassement par la suite.

      Au niveau des odeurs, je vous avoue ne pas en avoir connaissance. A l’occasion, je vais me renseigner. Mais si l’isolant n’est posé du côté intérieur, il ne devrait pas y avoir de souci de ce côté là.

      Pour ce qui est du choix de l’isolant (laine de bois ou ouate de cellulose) pour isoler vos pentes de toitures, je pencherai plus pour de la fibre de bois. En générale, on utilise la ouate de cellulose enfermée dans des caissons.

      Geoffroy

  3. Magali dit :

    Bonjour,

    Comment faire pour isoler des combles sans avoir de sous-toiture?

    Peut-on imaginer que le fait de placer un isolant multireflecteurs ( a +/-2cm de distance des tuiles pour laisser l’air circuler )avec une couche de 18 cm de laine de bois serait suffisant?

    D’avance je vous remercie,

    • Geoffroy dit :

      Bonjour Magali,

      Encore une question très pertinente.

      Attention, il ne faut pas mettre n’importe quel matériau ensemble. C’est un piège à éviter quand on rénove.

      Il faut savoir qu’un isolant naturel ne réagit pas de la même façon qu’un isolant traditionnel comme une laine de roche par exemple.

      Un isolant naturel a besoin de respirer. Il emmagasine de l’humidité pendant une certaine partie de l’année et pendant l’autre partie il l’évacue.
      Si vous bloquez cette évacuation, l’isolant naturel va, au fil des années, se gorger d’eau et devenir moins efficace.

      C’est d’ailleurs pour cela qu’on place un frein de vapeur du côté intérieur au lieu d’un pare-vapeur. C’est pour permettre à l’isolant de rejeter l’eau vers l’intérieur de l’habitation quand l’humidité relative diminue.

      Il en va de même côté extérieur où vous ne devez pas placer une barrière étanche à la vapeur d’eau. Dans des nouvelles toitures, on place généralement des panneaux en fibre de bois comme sous-toiture.

      Donc pour répondre à votre question, je ne vous conseille pas de placer un isolant multiréflecteur si vous utilisez un isolant naturel.

      Ce sont pour moi 2 matériaux incompatibles.

      J’aurai l’occasion d’en reparler plus tard, peut-être à travers une interview d’un spécialiste du domaine.

      Geoffroy
      PS : dans la réponse que je vous ai donnée, j’ai supposé que votre isolant multiréflecteur participait à l’isolation de la toiture.

  4. Magali dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre réponse toujours aussi rapide 🙂

    Si j’ai bien compris il est préférable ( quand on n’a pas de sous-toiture et pas forcément l’argent pour changer la toiture et en placer une avec sous-toiture) de placer successivement :

    1 pare vapeur
    la laine de bois
    1 pare vapeur

    c’est bien ça?

    En restant dans le domaine de l’isolation j’ai entendu parler du système Panotherm pourrait-il régler mon problème d’après vous ?

    j’ai essayé de trouver des informations sur le sujet mais c’est assez restreint. Ce type de panneaux pourraient-ils remplacer l’isolation pare-vapeur, laine de bois, pare-vapeur?

    D’avance un tout grand merci pour vos conseils

    • Geoffroy dit :

      Bonjour Magali,

      Je vois que vous êtes en pleine réflexion sur votre projet.

      Alors pour être un peu plus précis, le pare-vapeur se place toujours du côté “chaud” donc du côté intérieur mais quand il s’agit un isolant naturel, c’est un frein de vapeur qu’il faut placer.

      J’ai écrit un article sur la différence entre frein vapeur et pare-vapeur. Allez le consulter pour savoir comment fonctionne un frein de vapeur pour un isolant naturel. Vous comprendrez surement mieux son intérêt.

      Côté extérieur, il est souhaitable de laisser respirer également l’isolant naturel. Donc l’idéal est une membrane perméable à la vapeur d’eau comme sous-toiture.

      J’en parlerai dans un autre article en expliquant comment on peut quand même mettre une sous-toiture même si on ne change pas sa toiture. Il y a une astuce qu’il faut que je montre avec des dessins ou une photo.

      Concernant les panneaux Panotherm, quelques précautions sont également à prendre mais ce n’est pas comme pour un isolant naturel.

      Cela fera aussi l’objet d’un article car trop long à expliquer ici.

      A bientôt

      Geoffroy

  5. GROSS dit :

    Bonjour Geoffroy,

    J’aurais une question importante portant sur le choix de l’isolation entre solives à poser: Est ce que le polystyrène extrudé ou expansé peut se poser entre solives, sachant qu’il y aura une couche de laine de roche de 200 avec pare vapeur + une autre de 120mm sans pare vapeur en couche croisée, et une paque OSB 3 de 22mm comme plancher, pour avoir une surface exploitable pour rangement au grenier…Donc ma réelle question est: est ce que le polystyrène ne risque pas de goutter avec la vapeur de la chambre? Je peux vous faire un plan si vous préférez pour y voir clair….J’ai également des explications à vous fournir quant à ce choix….suite à des phénomènes de goutelettes qui se formaient en ayant déjà posé au préalable les plaques OSB de 22mm…Merci d’avance pour vos réponses

    • Geoffroy dit :

      Bonjour

      Tout dépend de comment vous posez vos isolants et le pare-vapeur. Je ne peux pas vous répondre car j’ai besoin de plus de détail sur la composition et superposition des isolants et pare-vapeur.